WECF – Guides et fiches pratiques sur la santé environnementale

2021

Vous trouverez ici les versions électroniques des guides et fiches pratiques publiés par Wecf France sur le sujet santé-environnement.

 

SENSORYS s’est lancée en 2004 dans le marketing sensoriel par le développement d’une technologie unique de diffusion olfactive.

En France de multiples lieux sont déjà parfumés : transports en commun, parkings souterrains etc., sans que soit posée la question d’une pollution supplémentaire de l’ai intérieur, d’allergies ou d’intolérances des citoyens. Des responsables décident sans consulter les premiers intéresses: les usagers. De nombreux chimicosensibles ne peuvent plus prendre les transports en commun.

Plus de 500 sites en France sont équipés de la technologie Sensorys et gérés par le service technique interne.

Feux d’artifices du 14 Juillet et environnement : comment verdir le bouquet ?

Libérationpublié le 13 juillet 2021

Suppression de composants chimiques, utilisation de matériaux biodégradables, compensation carbone voire diminution de la quantité d’explosifs… Les initiatives se multiplient pour tenter de rendre les spectacles pyrotechniques plus respectueux de l’environnement.

 

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS

Nous voulons des Coquelicots

Le mouvement des Coquelicots, qui a achevé en septembre 2020 deux années de mobilisation, reprend des couleurs. Fin avril 2021, les magasins Biocoop ont lancé dans leur réseau une grande action de soutien à notre cause commune, qui marche du feu de Dieu. Les groupes locaux des Coquelicots s’ébrouent comme au bon vieux temps des rassemblements mensuels, et cherchent comment continuer le combat.

À ce stade, deux choses. Un, nous lançons le projet «1000 maires pour les Coquelicots». Il s’agirait pour tous les Coquelicots de France et de Navarre de reprendre leur bâton de pèlerin et d’aller sonner à la porte de leurs maires (et élus). D’ici septembre, il nous semble très possible d’obtenir des centaines de signatures d’édiles en appui à l’Appel des Coquelicots. Vous trouverez  une feuille spéciale qu’il sera facile d’imprimer.

Exposition aux polluants du quotidien de la population française en 2014-2016 d’après l’étude Esteban

Le 30 mars 2021

Le volet de biosurveillance de l’étude Esteban a pour objectif d’estimer l’imprégnation de la population française âgée de 6 à 74 ans à plusieurs substances de l’environnement présentant un intérêt en termes de santé publique. 

 

 

Entrée des sons et des odeurs des campagnes au patrimoine commun de la nation

La loi n° 2021-85 du 29 janvier 2021 inclut les sons et les odeurs qui caractérisent les espaces, ressources et milieux naturels terrestres et marins dans le patrimoine commun de la nation.

« L’effet cocktail » des perturbateurs endocriniens mieux compris

Le 13 JANV. 2021

Les perturbateurs endocriniens peuvent potentiellement devenir plus nocifs s’ils sont mélangés. Dans le prolongement de travaux de recherche publiés en 2015, des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, de l’université de Montpellier et du CNRS au Centre de biologie structurale et à l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier poursuivent le décryptage des mécanismes moléculaires qui contribuent à ce phénomène, connu sous le nom d’« effet cocktail ». Leurs recherches permettent de mieux comprendre les interactions complexes entre les perturbateurs endocriniens et l’organisme, mais elles demeurent préliminaires, et doivent encore être poursuivies afin de définir l’impact réel de ces associations sur la santé humaine. Leur nouvelle étude est publiée dans le journal PNAS.

Masques : utilité contre la pollution

29 juin 2020

Les masques ont pour fonction de filtrer l’air, de capter les particules plus ou moins fines , d’absorber les COV, composés organiques volatils, s’ils contiennent du charbon actif.

Ils permettent aussi de filtrer les pollens et des particules chimiques qui se fixent sur les particules fines.

 

Non aux virucides toxiques

26 mai 2020

En raison de l’épidémie de Covid, l’usage du gel hydroalcoolique se répand massivement. Les professions de santé l’utilisent très largement mais aussi désormais l’ensemble de la population.

Les virucides répondant à la norme EN 14476 peuvent se révéler nocifs, PE perturbateurs endocriniens.

Certaines recommandations proposées aux professionnels de la petite enfance se révèlent extrêmement risquées pour la santé des professionnel.le.s et des enfants, et pour l’environnement.

L’usage du savon, de la vapeur ont bien moins de conséquences néfastes.

Des équipes médicales en Allemagne et aux USA s’inquiètent des conséquences possibles

 

Covid19 : Gel hydroalcoolique ou savon ?

3 mai 2020

Faut-il utiliser un gel hydroalcoolique quand on est atteint de MCS?

Sa composition:

  • de l’alcool : actif qui agit rapidement sur les bactéries, les virus (herpès, entérovirus…) et les champignons,
  • un émollient qui garantit un bon état cutané (glycérine par exemple),
  • un antiseptique (parfois). Il s’agit alors le plus fréquemment de chlorhexidine à 0.5 %.
  • mais des conservateurs (souvent des thiazolinones), et/ou des parfums peuvent y avoir été ajoutés.

Beaucoup ne les supportent pas et ont après leur usage, des malaises.

Alors il faut privilégier l’usage du savon, et des gants que l’on utilise à chaque fois que l’on fait des courses: très difficile dans la réalité.

Un flacon d’alcool à 70° nature (non dénaturé) peut alors convenir si cela est supporté.

 

COVID19 : Nettoyer et désinfecter sa climatisation

30 avril 2020

Si les mesures de distanciation sociale sont d’une importance capitale dans la lutte contre le coronavirus, comment survivre à l’été qui approche si les climatiseurs sont vecteurs du virus qui a tué plus de 24 000 personnes en France en quelques semaines ? Les espaces accueillants du public mais aussi les lieux de travail en intérieur (bureaux, cuisines, ateliers, etc.) et les foyers munis de climatisation seront-ils mis à l’épreuve en cas de fortes chaleur ? Comment nettoyer et désinfecter sa climatisation à la maison ?

 

Covid 19 et désinfection des rues

Désinfecter les rues : une idée pas si bonne que cela.

Le 4 avril 2020, le Haut conseil de Sante publique (HCSP), déconseille cette possibilité. En effet, désinfecter l’espace public comporte plus d’inconvénients qu’il n’y parait. Les produits de désinfection utilisés par certaines collectivités pour la désinfection des rues dans le contexte de l’épidémie du Covid-19, contiennent des substances nocives pour la santé et l’environnement.

 

Attention aux sprays d’Huiles Essentielles : risque de pollution de l’air intérieur

L’ANSES a publié en avril 2020 une étude de toxicovigilance qui met en garde sur l’usage de sprays aux vertus « assainissantes » ou épuratrices.

Ces sprays sont parfois vendus en boutique bio ou en pharmacie, ce qui peut tromper les consommateurs.

Afin de mieux recenser les potentiels effets respiratoires liés à ces produits, l’Agence recommande d’améliorer le recueil et le suivi des cas des personnes ayant présenté des symptômes respiratoires suite à l’utilisation de sprays ou diffuseurs. Pour cela, il est important que les médecins signalent ces cas aux CAP ou via le portail de signalement des événements sanitaires indésirables.

De façon générale, pour prévenir les risques liés à une mauvaise qualité de l’air intérieur, il convient en premier lieu de limiter les sources de polluants intérieurs, et en second lieu de ventiler et aérer les espaces clos. Cette recommandation s’applique également à l’utilisation de sprays ou diffuseurs à base d’huiles essentielles.

 

 

INSPIRE : Identification , Narration et Sélection par les Patients d’Idées de Recherche

janvier 2020

Proposez que des recherches soient faites sur votre maladie chronique

Avec INSPIRE, c’est vous qui décidez des recherches de demain !

 

  

Pour l’OMS, « aucun doute » que les cigarettes électroniques sont nocives

    PIXINOO/ISTOCK

Par AFP le 22.01.2020

Les cigarettes électroniques sont à coup sûr nocives tant pour les vapoteurs que pour ceux exposés à leurs fumées, qui peuvent causer des dommages aux fœtus et aux cerveaux des adolescents, a mis en garde dans un rapport l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Nettoyer sans polluer

30 avril 2019

La revue 60 millions de consommateurs a édité un numéro spécial en mai 2019.

Pour un ménage au naturel, bicarbonate de soude, citron, vinaigre blanc sont recommandés. Est demandé aux pouvoirs publics l’existence d’un étiquetage clair.

Sont dénoncés l’ensemble des désodorisants, des produits de nettoyage « verts », des désinfectants, des sprays « assainissant  ». Ces produits contiennent très souvent des substances allergisantes (huiles essentielles comme le limonène, l’eugénol, le citral, l’eucalyptol etc.) ou des ammoniums quaternaires et des isothiolanizones qui devraient être réservés au milieu hospitalier ou à l’industrie agroalimentaire.

Ce numéro fort utile est à conseiller à tous les hypersensibles chimiques ou non.

 

L’ANSES demande une restriction des substances chimiques dans les textiles, cuirs, fourrures et peaux

Actualité du 29/04/2019

Afin de mieux protéger les consommateurs des risques d’allergies cutanées, l’Anses et l’Agence Suédoise des produits chimiques (KemI) ont soumis conjointement une proposition de restriction des substances sensibilisantes dans le cadre de la réglementation européenne des produits chimiques REACH. Cette proposition vise à interdire ou limiter plus de mille substances allergisantes cutanées dans les articles textiles, cuirs, fourrures et peaux.

 

L’Anses recommande d’améliorer la sécurité sanitaire des couches pour bébé

Actualité du 23/01/2019

L’Agence émet plusieurs recommandations à l’attention des industriels :

  • Supprimer l’utilisation de toutes les substances parfumantes
  • Mieux maitriser l’origine des matières premières naturelles qui peuvent être contaminées avant même la fabrication.
  • Améliorer les procédés de fabrication des couches.
  •  

Le gouvernement va lister les perturbateurs endocriniens

Par AFP – 14 janv. 2019

Jouets, tickets de caisse, plastiques, peintures, vêtements, produits phytosanitaires… Ces composés chimiques présents dans de nombreux produits de consommation courante sont encore mal connus.

 

Un pionnier des maladies environnementales s’est éteint

2 octobre 2018

Le Dr William Réa Fondateur de la première clinique de médecine environnementale (Dallas USA), s’est éteint en Août.

Pendant 40 ans ce clinicien fut le plus important au monde en ce qui concerne la sensibilité aux produits chimiques et aux ondes.

Il a publié et formé des médecins à la médecine environnementale.

William Rea, md : L’enquête sur les sensibilités environnementales peut résoudre une maladie « incurable »

Livres et articles du Dr REA et du personnel

dont quatre volumes de la série de manuels médicaux sur la sensibilité chimique, « Chemical Sensitivity « 

 

En direct de l’Europe. Environnement et santé : la marche des « cobayes » reçoit le soutien du Parlement européen

le 

Marche des Cobayes : premier bilan

5 juillet 2018

Alors que les conquêtes sociales, l’hygiène, les progrès médicaux et l’accès à la nourriture pour tous ont fait progresser l’espérance de vie tout au long du 20eme siècle, on voit celle-ci stagner ou reculer dans les pays dits développés occidentaux. Nos modes de vie sont en cause ainsi que notre modèle libéral – productiviste avec ses rejets d’industries chimiques (pesticides, OGM, résidus médicamenteux, plastiques, nanomatériaux…) et nucléaires, faisant pénétrer des produits étrangers à la vie dans le cycle de l’air, de l’eau, de la vie, dans nos organes vitaux…  S’ajoute à cela le poids des lobbys et de l’argent qui fait primer souvent en matière de santé publique les intérêts de l’industrie sur l’intérêt général.

La crise sanitaire est bel et bien la 4eme crise écologique à côté de la crise climatique, de l’extinction de la biodiversité et de l’épuisement des ressources naturelles. Comme les autres, cette crise est créée par l’homme.

Maladies cardio-vasculaires, cancers, maladies respiratoires, obésité, diabète, troubles du comportement et de la reproduction, maladies neurodégénératives, maladies liées à des accidents médicamenteux et vaccinaux… La quasi-totalité des pays est confrontée à une épidémie de maladies chroniques. C’est le constat fait par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Face à cette crise sanitaire, les politiques de santé restent figées sur le modèle ancien, qui mise tout sur le soin et a oublié que les maladies ont des causes. Le facteur environnemental est le grand oublié de la santé publique.

Or, aujourd’hui, 2 décès sur 3 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, cancers, diabète…). En France, ces maladies progressent 4 à 5 fois plus vite que le changement démographique. Le cancer touche 1 homme sur 2 et 2 femmes sur 5. Les coûts générés font imploser les systèmes de santé. 115 personnes meurent chaque jour en France à cause des particules fines émises par le diesel et l’ammoniac.

Aujourd’hui en France, environ 15 millions de personnes, soit près de 20% de la population, sont atteintes de maladies chroniques ; il y a eu un doublement des diagnostics de cancers depuis 30 ans ; une forte progression depuis 10 ans des AVC et de l’insuffisance cardiaque ; une augmentation du diabète ; l’obésité a plus que doublé chez l’adulte et une forte progression des maladies d’Alzheimer, de Parkinson et de maladies émergentes est à noter. Enfin, il faut signaler l’apparition de maladies infectieuses inhabituelles sous nos climats ; les pubertés précoces de plus en plus fréquentes et l’influence de l’environnement sur la baisse de la fertilité humaine.

 

Une étude de l’Anses confirme la nécessité de laver ses vêtements neufs

05 juillet 2018

Pour minimiser les réactions allergiques et cutanées, l’ANSES recommande quelques années après SOSMCS (voir fiche textiles) de laver les vêtements neufs avant de les porter.

Pour rappel : viser les labels GOTS et OEKOTEST

 

Médicaments : possibilité de déclarer les effets indésirables en ligne

21.02.18

Une initiative intéressante du Ministère de la Santé :

« Patient, consommateur ou usager, vous pouvez participer à l’amélioration de la qualité et de la sécurité du système de santé en signalant sur ce portail les événements sanitaires indésirables que vous suspectez d’être liés aux produits de santé, produits de la vie courante et actes de soins ».

 

Les produits ménagers aussi toxiques que le tabac pour les poumons

Publié le 19.02.2018

Selon une récente étude norvégienne sur près de 20 ans, l’utilisation régulière de produits ménagers contenant des substances chimiques sur le long terme, serait nocive pour les poumons, surtout ceux des femmes. Une toxicité qui serait proche de celle d’un tabagisme prolongé.

 

Transports urbains : neutralisation des mauvaises odeurs !!!

Les sociétés de transport en commun  des villes de Lille, Montpellier, Tours, Lyon ont opté pour l’installation de diffuseur de parfum dans les bus ou métro. L’innovation :  neutraliser les mauvaises odeurs et rassurer les passagers par une fragrance apaisante.

A l’heure où la pollution de l’air intérieur est dénoncée, il est incongru d’ajouter des COV dans des espaces clos.

Chaque individu devrait pouvoir respirer un air sans ajout de particules odorantes. Les allergiques et les hypersensibles chimiques risquent de voir leur état s’aggraver.

La réglementation a permis l’éviction du tabac des espaces publics. Le gouvernement devrait légiférer sur l’ajout de substances parfumées dans les espaces clos.

 

Lyon : des diffuseurs d’odeurs installés dans les métros

Publié le 18/01/18

 

Blooow, l’absorbeur chic des polluants intérieurs

PUBLIÉ LE 13/12/2017

Son secret réside dans le charbon actif dissimulé sous son enveloppe de tissu. Capable d’absorber les molécules, les COV et odeurs grâce à sa structure poreuse, Blooow capture et fige les polluants de nos intérieurs sans génération de sous-produits nocifs.

Cette technologie est le fruit de recherches sur la réduction des COV dans les meubles, en partenariat avec le CNRS et l’Université de Haute-Alsace. Pour démontrer son pouvoir de captation, Blooow a été testé par le FCBA (institut technologique indépendant) dans le cadre de la norme ISO 16000-23. Ce test, réalisé dans un environnement fermé où circule de l’air pollué en continu, a démontré une baisse de 44% de la concentration de formaldéhyde et une diminution de 30% de toluène.

Sans bruit, Blooow capture les polluants et il vous suffit, après ces deux années de bons et loyaux services, de le retourner à la structure Air Pur Labs (une filiale d’Inovame en charge de la fabrication et de la commercialisation de Blooow) afin qu’il soit recyclé.

Élégant et discret, Blooow mesure 11 cm. Il se décline en 5 coloris afin de se fondre dans toutes les ambiances intérieures. Il trouvera également place dans votre véhicule. Sans danger pour l’humain et les animaux de compagnie, Blooow dispose d’un cordon permettant de le suspendre. Vous pourrez également le poser sur un meuble et l’oublier.

 

Intoxication aux pesticides à la coopérative bretonne Triskalia : deux victimes indemnisées

Les anciens salariés, intoxiqués et ensuite licenciés, ont obtenu plus de 100 000 euros pour le préjudice subi. Cette reconnaissance de l’hypersensibilité chimique multiple (maladie chronique et invalidante) crée un précédent. D’autres salariés de secteur (industrie chimique, métiers de la santé, imprimerie, pressing…) pourront s’appuyer sur cette jurisprudence.

 

Hôpitaux, bureaux et écoles : mauvaise qualité de l’air intérieur

Qualité de l’air intérieur : un enjeu sanitaire majeur. Le coût, en termes de santé publique généré par la mauvaise qualité de l’air intérieur est évalué à 19 milliards d’euros par an selon l’ANSES.

Les Français passent en moyenne 90% de leur temps à l’intérieur (domicile, travail, écoles).

Hôpitaux

Le C2DS (comité développement santé durable) a réalisé une étude auprès de ses adhérents (hôpitaux et cliniques) : surprise le niveau de concentration de COV pouvait être 20 fois supérieur aux seuils admis.

Bureaux

La bureautique (ordi, photocopieurs, imprimantes) est source d’émission de particules fines. Le ménage quotidien des locaux multiplie l’utilisation de produits d’entretien source de COV cancérigène.

Publié le 02 février 2015

Ecole

L’exemple de cette école maternelle illustre le problème consécutif à la réfection des bâtiments.

20 janv. 2015

 

COP 21 : les médecins font entendre leurs voix

 

« Il ne suffit plus de soigner, il faut également alerter ». Les professionnels de santé organisent en marge de la COP 21 un événement pour un climat plus sain et des énergies moins polluantes.

La directrice du département santé publique de environnement de l’OMS à souligner l’urgence de mobiliser la communauté médicale pour agir sur les changements climatiques.

 «  Les médecins ne doivent plus uniquement se concentrer sur le soin mais également rappeler aux hommes politiques qu’il est primordial de régler le problème ».

 

5 % DE LA POPULATION EST VICTIME DES MALADIES ENVIRONNEMENTALES ÉMERGENTES

Publié le 24 novembre 2014

La part de responsabilité de la pollution environnementale dans l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète est reconnue. Mais aujourd’hui, l’alerte porte sur l’apparition de maladies neurologiques ou immunitaires causées par l’exposition aux polluants tels que produits toxiques, champs électromagnétiques, etc. Ces « maladies environnementales émergentes » touchent 5 % de la population, selon le Réseau environnement santé. Avec des conséquences sur la santé très invalidantes, tandis que les instances de santé publique semblent les négliger.

 

L’ARTAC : nouveau site dédié EHS et MCS

Electrosensible

26 mars 2014

Résultat de plusieurs années de recherche effectuée par le Pr Dominique BELPOMME et son équipe, ce site remanié aide à comprendre les mécanismes de ces pathologies. 

Les bougies et encens les plus toxiques devraient être interdits

Publié le 24 octobre 2013

Cela est bien connu, la pollution de l’air est souvent bien plus forte dans nos maisons qu’en extérieur. Pour certains polluants, la concentration peut être 15 fois plus importante dans les bâtiments. C’est pourquoi, le gouvernement français dans le cadre de son plan d’action sur la qualité de l’air intérieur  comprend des mesures visant à limiter voire interdire  les encens et bougies trop émissifs en particules polluantes. Une très bonne initiative, à suivre dans son application.                          

 

Les lanceurs d’alerte protégés

17 avril 2013

Une loi, votée le 17 avril 2013, introduit la notion de droit d’alerte en matière de santé publique et d’environnement. Ainsi toute personne peut rendre publique une information qui fait peser un risque grave pour la santé ou l’environnement sous réserve qu’elle ne soit pas diffamatoire. Une véritable avancée législative pour protéger les lanceurs d’alerte et attirer l’attention sur des risques méritant d’être pris en compte.

Hypersensibilité : quand les odeurs chimiques deviennent intolérables

Par La rédaction d’Allodocteurs

– Reportage de Morgane Belloir, Maxime Souville et Eliane Lassibille –

Rédigé le